Nez, bouche et menton d'une femme buvant un verre d'eau.
Prévention des brûlures d’estomac
La sensation de brûlure dans le thorax peut être favorisée par des modes de vie et des habitudes alimentaires malsains. Il est toutefois possible, en veillant à certains points, de réduire le besoin en médicaments.

La démesure est rarement bénéfique. Celui qui par exemple, mange abondamment, trop gras ou trop épicé ne se facilite pas la vie, en particulier s’il souffre déjà de troubles du reflux. Afin de prévenir les brûlures d’estomac, il est donc important de réfléchir à son propre comportement alimentaire.

En modifiant ses habitudes on peut atténuer de légères brûlures d’estomac. Les points ci-dessous se sont avérés encourageants:

  • réduire le surpoids
  • dormir en surélevant le haut du corps
  • réduire la consommation de tabac ou ne plus fumer
  • éviter les repas gras et abondants
  • avancer l’horaire du repas du soir
  • éviter «les incitateurs d'acidité» tels l'alcool, le café, les boissons gazeuses, les jus de fruits acides, les aliments gras, le chocolat, le jus de citron et les épices piquantes
  • réduire le stress

Astuces contre le reflux nocturne

Planche à couper en bois sur une surface de cuisine, mains d'homme coupant des champignons, mains de femme coupant une carotte.

Lors de brûlures d’estomac, quand est-il avisé de prendre des médicaments?

Lors de régurgitations acides occasionnelles - par exemple, après un repas du soir copieux: n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien. Les médicaments dits antiacides peuvent être utiles car ils neutralisent rapidement l'acide gastrique, ou bien les antisécrétoires gastriques en vente libre, c-à-d. les inhibiteurs de la pompe à protons ou les antagonistes de récepteurs H2. Ces médicaments en vente libre ne doivent être pris que durant quelques jours et ne servent pas à titre préventif.

IPP contre les brûlures fréquentes d’estomac

Lors de remontées acides fréquentes ou nocturnes, les dits inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont particulièrement adéquats, car ils bloquent directement la formation d’acidité. Toutefois, si les troubles ne diminuent pas au bout d'une à deux semaines, il faudrait absolument consulter un médecin.

En savoir plus sur les médicaments

Nous utilisons des cookies pour collecter des statistiques web qui nous aident à améliorer notre site web. Nous n’enregistrons pas de données personnelles.

Lire la suite